Colloques

 

 

affiche-je-081216Journée d’étude : « Théâtre et photographie »,  jeudi 8 décembre 2016, EMMA – CELLAM – PASSAGES XX-XXI.

Université Paul Valéry-Montpellier 3, site Saint-Charles, salle 126.

 Journée organisée par :

-Marianne Drugeon (Université Paul Valéry-Montpellier 3)
-Christine Kiehl (Université Lumière-Lyon 2)
-Jean-Pierre Montier (Université Rennes 2)
-Laurence Petit (Université Paul Valéry-Montpellier 3)

Programme ici

 

Colloque : « Bare Lives: Dispossession and Exposure in 20th- and 21st- Century British Literature and Visual Arts », 21-22 octobre 2016.

Colloque de la SEAC organisé par EMMA

Salle des colloques 2, Site Saint Charles

 

Programme ici

 

Conférence : Stephen Ross (Université Victoria, B.C., Canada), “How Did Beckett Invent the Teenager?”, EMMA – mercredi 19 octobre à 18h, salle 126, Saint-Charles.

My paper argues that Samuel Beckett gives us the first depiction of a teenager in post-war British and Irish fiction, in his 1951 novel Molloy. I advance this claim in three stages. First, I outline the novel’s remarkably accurate realist portrayal of the post-war. Second, I illustrate how the novel articulates the tension between the war and the post-war in terms of a generational conflict. Finally, I identify Beckett’s invention of the teenager in young Jacques Moran. I read this invention as a means by which Beckett figures forth a future potentiality, breaking with the history that had culminated in the Holocaust.

Stephen Ross is Professor of English and Cultural, Social, and Political Thought at the University of Victoria, Canada. He is the General Editor of the Routledge Encyclopedia of Modernism (2016), co-editor of The Modernist World (2015) as well as editions of Dorothy Richardson’s novels Pointed Roofs and The Tunnel (both 2014), editor of Modernism and Theory (2009), and author of Conrad and Empire (2004). He is Director of the Modernist Versions Project and of Linked Modernisms, both digital humanities approaches to the cultural heritage of aesthetic modernism. He is finally at work on a book on ghostmodernism, a work whose topic has haunted him for nearly twenty years now.

Conférence : Guillaume Le Blanc, « Bartleby ou l’impossible vie nue », mercredi 12 octobre 2016, 17h30, salle des actes, Saint-Charles.

Dans le cadre de son travail sur l’humble dans la littérature et les arts britanniques des XIX-XX et XXIe siècles et en prélude à son colloque « Dénuement, dénudement » (Bare Lives : Dispossession and Exposure : http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=2709) des 21 et 22 octobre 2016, EMMA a le plaisir de recevoir Guillaume Le Blanc qui fera une conférence consacrée à « Bartleby ou l’impossible vie nue ».

En prenant appui sur la nouvelle de Herman Melville, « Bartleby le scribe » (« Bartleby the Scrivener : A Story of Wall Street », 1853), Guillaume Le Blanc conduira une réflexion sur l’invisibilité sociale et sur les qualités sociales à partir desquelles une vie est une vie. Il s’intéressera alors à la précarisation sociale qui repose sur l’impossible incorporation des normes sociales. Cela le conduira à distinguer dénuement et dénudement.

Guillaume Le Blanc est depuis 2015 professeur de philosophie à l’Université Paris Est Créteil où il est titulaire de la chaire de philosophie pratique. Son travail se situe dans le champ de la philosophie sociale. Spécialiste de l’oeuvre du philosophe Georges Canguilhem (Canguilhem et les normes, PUF, 2008), il ne cesse d’interroger la normalité et ses limites, depuis Les maladies de l’homme normal (Éditions du Passant, 2004) jusqu’à ses travaux plus récents, qui portent essentiellement sur la précarité et l’exclusion : Vies ordinaires, vies précaires (Seuil, 2007), L’invisibilité sociale (PUF, 2009), Dedans, dehors : la condition d’étranger (Seuil, 2010), Que faire de notre vulnérabilité (Bayard, 2011), L’insurrection des vies minuscules (Bayard, 2013). En tant qu’écrivain, il a aussi publié sur ce sujet Sans domicile fixe (Ed. du passant, 2004). Avec son dernier ouvrage, La philosophie comme contre-culture (PUF, 2014), il tente de repousser les limites de la philosophie, dans le sillage de Michel Foucault, Gilles Deleuze ou Michel de Certeau, et de penser de nouvelles formes de vie. Il contribue au débat actuel sur les exclus et les migrants, comme dans cette tribune récente dans Libération : http://www.liberation.fr/debats/2016/09/26/pulsion-de-mur-a-calais_1511280

 

Affiche-finale-040216-224x300Colloque : Les inférences dans la communication orale en L2 : processus et marques linguistiques, EMMA, 12 – 13 mai, 2016

Colloque organisé par Caroline David, Cécile Poussard (EMMA, UPVM) et Laurence Vincent-Durroux (LIDILEM, Université Grenoble Alpes)

Site Saint-Charles, salle des colloques n°2

« La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui l’écoute […]. » (Montaigne, Les Essais 3, Chap. 13, p. 1088).
Selon D. Bailly (1998 : 132), l’inférence est « une opération de raisonnement logique par laquelle, à partir d’un fait, d’une proposition…, on tire une conséquence ».

Ce colloque interdisciplinaire a pour objectif d’interroger le cas particulier de la communication orale en L2, quelle que soit la langue impliquée. Il rassemblera des réflexions de différents champs de recherche (linguistique, psycholinguistique, psychologie cognitive, didactique des langues) sur la notion d’inférence à partir de communications fondées sur une approche empirique (études de cas).

Présentation complète et programme disponibles en suivant ce lien : http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=2218
Site Internet dédié à ce colloque : http://colloqueicol2.wix.com/montp

 

Journée d’étude :  Repenser les nationalismes en Grande-Bretagne, vendredi 25 mars 2016, EMMA.

Programme

14h00-15h30 *Moya Jones*, « What happened to Welsh nationalism ? »
*Nathalie Duclos*, « Rethinking nationalism in Scotland »

15h30: Pause café

16h-17h30 *Vincent Latour et Catherine Puzzo*, « UKIP: Reinventing or Merely
Rebranding English Nationalism? »
*Anne-Marie Motard*, « Is Labour’s World an Island? The British Labour
Party, Nationalism and Internationalism: a historical perspective »

Lieu : Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site Saint-Charles, Salle 126, 14h-17h30.

*Contact et informations* :
Marc Lenormand : marc.lenormand@univ-montp3.fr
Anne-Marie Motard : anne-marie.motard@univ-montp3.fr

Flyer : flyer_nationalismes_25_mars_2016

 

Programme-JE-290116-final-140116-600x883Journée d’étude : « Le témoin et l’écriture de l’histoire »,  vendredi 29 janvier 2016, EMMA.

 

Université Paul-Valéry Montpellier 3
Site Saint Charles

Salle des colloques n°2

Journée organisée par  Lawrence Aje (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

 

Programme sur le site d’EMMA.

 

gZk73gD-WIgoVA2Mx2kxNbPJhvhGvGuPfwIuy7uEOnQConférence : « Les Républicains au pouvoir », mardi 12 janvier 2016, 18h-20h, Site Saint Charles, Salle des  colloques 1

Dans le cadre de la préparation à la question de civilisation américaine du programme de l’agrégation d’anglais (les Républicains de Dwight D. Eisenhower à George W. Bush, 1952-2008), EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, EA 741) reçoit Alix Meyer qui  présentera son ouvrage, Les Républicains au Congrès: la  résistible ascension des conservateurs américains (P.U. de Rennes, 2015).

Alix Meyer est diplômé de Sciences-Po Lyon, docteur en civilisation américaine de l’université Lyon 2, agrégé d’anglais, maître de conférences à l’université de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Centre Interlangues Texte, Image, Langage (EA 4182).

En 1994, les Républicains élus à la Chambre des représentants promettaient une révolution conservatrice qui devait réduire la place de l’Etat fédéral dans la société américaine. Vingt ans plus tard, Alix Meyer dresse le bilan législatif de la longue période de domination républicaine sur la colline du Capitole pour s’interroger sur la portée de la révolution annoncée. En étudiant l’impact des élus républicains sur la politique budgétaire et les réformes, adoptées ou avortées, de l’Etat-Providence américain, on observe un écart spectaculaire entre les paroles et les actes. Comment expliquer cet échec relatif de la révolution conservatrice ? Quels obstacles électoraux et institutionnels se sont dressés sur la route des conservateurs américains pour les empêcher de mettre en mouvement leurs ambitions de transformation radicale ? Retracer la trajectoire historique de la mouvance conservatrice jusqu’à l’émergence du Tea Party permet de mesurer combien les déceptions politiques s’accompagnent d’une fuite en avant idéologique qui vient nourrir les frustrations futures. Le retour en arrière permet d’éclairer les débats actuels sur la crise du politique américain. Le Congrès contemporain, paralysé par les luttes partisanes acerbes, est né en 1994 ; les germes des dysfonctionnements actuels ont été semés par Newt Gingrich et ses acolytes.

Organisation : Nicolas Gachon (nicolas.gachon@univ-montp3.fr), Lawrence Aje  (lawrence.aje@univ-montp3.fr).

 

Journée d’études : La singularité et la solidarité dans la littérature et les arts britanniques des XIX-XX-XXIe siècles, EMMA, vendredi 9 octobre 2015

Séminaire régional organisé par :
Jean-Michel Ganteau, Christine Reynier
(EMMA-Université Paul-Valéry Montpellier 3)
et
Laurent Mellet
(CAS EA 801 – Université de Toulouse Jean-Jaurès)

Plus de renseignements sur le site d’EMMA :http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=2247

 

 

 

Les commentaires sont fermés.